Developed in a FOCAL Workshop 2007-2011

AVANTI; CYANURE; SUMMER GAMES; WIN WIN; OPÉRATION CASABLANCA; COEUR ANIMAL
AVANTI; CYANURE; SUMMER GAMES; WIN WIN; OPÉRATION CASABLANCA; COEUR ANIMAL

Que sont devenus les projets de films? Enquête 2007–2011

Sandrine Normand et Pierre Agthe – Septembre 2013

FOCAL propose depuis bientôt 25 ans des programmes de développement de scénarios. Pour cerner l’impact de ces programmes, nous avons réalisé trois enquêtes, couvrant trois périodes entre 1989 et 2011.

Depuis 1989, ce sont 226 scénarios qui ont été développés dans les programmes de FOCAL, dont 52 sont devenus des films projetés au cinéma ou diffusés à la télévision, soit un taux de réalisation de 23%.


Evolution des programmes de développement

Les programmes de développements de projets ne sont plus destinés uniquement aux auteurs. Prenant en compte les besoins émis par les professionnels, deux programmes de développement destinés en priorité aux producteurs ont été mis sur pied entre 2007 et 2011: Vision Cinéma 2 et Producers Pooling Programme (PPP).

D’autre part, depuis 2010, FOCAL s’éloigne de la forme classique d’accompagnement de projet en ateliers pour proposer davantage de coachings individualisés. Ces nouvelles propositions permettent de s’adresser à des auteurs plus confirmés. FOCAL a également ouvert un programme de coaching destiné aux réalisateurs de documentaires: Mentoring for DOCS.

Taux de réalisation des projets

Notre dernière enquête montre une augmentation du nombre de scénarios développés: 72 en tout, c’est à dire 14 par année, contre respectivement 12 et 7 par an pour les précédentes périodes.

Le nombre de films de fiction réalisés est stable puisqu’il reste à 7 au moment de l’enquête. Ce chiffre est d’ailleurs destiné à augmenter puisque 31 projets sont encore en développement ou en préproduction.

D’autre part, le programme destiné aux développements de téléfilms Fernsehfilme SF DRS-Stoffentwicklungsprogramm a été abandonné après huit éditions consécutives. Ce qui explique qu’aucun téléfilm n’apparaît dans cette enquête, entraînant de ce fait une diminution du nombre global de films réalisés.

Sur les 72 scénarios ‹Developed in a FOCAL Workshop› pour la période 2007 – 2011, huit ont été réalisés à ce jour, soit un peu plus de 10%.

Audiences

Les films réalisés et distribués de cette dernière enquête se sont pour la plupart distingués en recevant des prix. Pour ne citer que les plus importants:

  • COEUR ANIMAL de Séverine Cornamusaz: Prix du cinéma suisse
    Quartz 2010: Meilleur film et Meilleur acteur.
  • GIOCHI DʼESTATE de Rolando Colla: Prix du cinéma suisse
    Quartz 2011: Meilleur film, Meilleure photographie et Meilleur scénario. Il a également été récompensé à la Mostra de Venise et nommé en tant que représentant suisse aux derniers Oscars.
  • AVANTI d’Emmanuelle Antille, OPÉRATION CASABLANCA de Laurent Nègre, SONGS OF LOVE AND HATE de Katalin Gödrös et CYANURE de Séverine Cornamusaz ont également eu un rayonnement international grâce aux prix reçus dans un grand nombre de festivals renommés.

Le but est-il atteint?

À chaque enquête il est difficile de répondre catégoriquement à cette question. In fine, l’objectif de notre travail est double: d’une part, améliorer la qualité des projets pour soutenir leur positionnement et leur réussite sur le marché et, d’autre part, consolider les compétences et le réseau des auteurs et producteurs, au-delà du travail sur un projet en particulier. Comme nous l’avons dit en 2008, «une telle enquête ne doit donc pas se lire uniquement en nombre de projets réalisés, mais aussi en terme de développement de la carrière professionnelle des porteurs de projets, qu’ils aient été produits ou non».

À y regarder d’un peu plus près, les programmes servent aussi de filtres. Travailler son scénario dans un programme de FOCAL, c’est l’exposer, le confronter aux points de vue d’autres. L’auteur et son producteur peuvent alors découvrir si leur projet a du potentiel ou s’il est préférable de l’abandonner. On évite ainsi de partir dans la course au financement inutilement et l’on préserve ses forces pour des projets qui ont plus de chances de voir le jour.

Par ailleurs, une étude que nous avions menée ily a quelques années montrait que, comparativement à d’autres pays européens avec des conditions de production similaires, la Suisse n’est pas mal dotée en termes de fonds d’aide au développement de projets. Le Conseiller fédéral Alain Berset a encore présenté, lors de sa conférence de presse en août dernier à Locarno, cette étape comme une clé de voûte de la production et comme une priorité du soutien au cinéma pour ces prochaines années.

C’est pourquoi FOCAL poursuivra ses efforts, au niveau suisse et international, pour soutenir la qualification professionnelle du développement de projets, tant sur le plan du storytelling (de la première idée au scénario, de produits audiovisuels ‹classiques› et de produits transmedia) que du packaging (du casting au financement).

Nous remercions chaleureusement tous ceux et celles qui ont contribué à cette enquête.

Sandrine Normand et Pierre Agthe, Lausanne, septembre 2013