Personal Assistant – Six questions à six lauréat·e·s

Ivana Lalovic (pull bleu) sur le set de A DOVE SITTING ON A BENCH REFLECTING ON EXISTENCE
Ivana Lalovic (pull bleu) sur le set de A DOVE SITTING ON A BENCH REFLECTING ON EXISTENCE
Mauro Mueller (centre) avec Jason Sudeikis et Elizabeth Olsen
Mauro Mueller (centre) avec Jason Sudeikis et Elizabeth Olsen
Adrien Kuenzy (photo: Céline Bozon)
Adrien Kuenzy (photo: Céline Bozon)
Camille Morend
Camille Morend
Anouk Degen durant le ‹Panorama Internacional Coisa de Cinema› dirigé par Claudio Marques et Marilia Hughes à Salvador de Bahia
Anouk Degen durant le ‹Panorama Internacional Coisa de Cinema› dirigé par Claudio Marques et Marilia Hughes à Salvador de Bahia
Gilles Monnat
Gilles Monnat

L’ouverture du concours pour la bourse Personal Assistant 2018 nous donne l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur de cette initiative unique en son genre – offrir la possibilité à un·e jeune cinéaste suisse d’être ‹l’ombre› d’un·e réalisateur·trice étranger·ère. Chaque bénéficiaire a vécu une expérience qui aurait été impossible en Suisse, se confrontant à un monde cinématographique différent de celui de notre pays - une aventure enrichissante, avec pour certains, des moments plus difficiles. Impressions à travers six questions à six des sept lauréat·e·s des éditions 2010 à 2016*.

Quel problème principal avez-vous rencontré?

Personne au sein de l’équipe du film ne connaissait le rôle d’un Personal Assistant. J’ai dû prouver tout au long de cette expérience que je pouvais être utile, démontrer que j’avais ma place et pas seulement pour apporter les cafés. Le milieu dans lequel je suis arrivé était loin d’être constitué uniquement de personnes gentilles et bienveillantes.
Gilles Monnat PA 2010 de Delphine Gleize sur LA PERMISSION DE MINUIT (FRA)

Quel a été votre relation aux assistants-réalisateurs officiels?

Des difficultés se sont présentées lors de leur arrivée. Il faut dire que j'avais un poste privilégié auprès des réalisateurs pendant deux mois: je les accompagnais partout et je sentais que je faisais pleinement partie du projet, suivant la construction du film, le travail avec les acteurs et actrices. C'était très intense, riche en partages et apprentissages. L'arrivée du premier assistant-réalisateur, à quelques semaines du tournage, a modifié cet équilibre du jour au lendemain: il a fallu définir la barrière entre lui et moi ...
Anouk Degen PA 2012 de Claudio Marques & Marilia Hughes sur DEPOIS DA CHUVA (BRA)

En quoi le cinéma Suisse vous semble-t-il différent de celui du pays où vous avez effectué ce tournage?

Il me semble qu’il y a moins d’argent pour le cinéma indépendant à l’étranger. En Suède, la concurrence est très élevée et au final, peu de films se font. J’ai l’impression aussi que le cinéma suisse souffre de ne pas avoir une image forte appartenant au ‹film cultural heritage›, comme avec Ingmar Bergman pour la Suède par exemple.
Ivana Lalovic PA 2011 de Roy Andersson sur A DOVE SITTING ON A BENCH REFLECTING ON EXISTENCE (SWE)

Comment évaluez-vous le dispositif de la bourse?

C’est un dispositif de double gain. D’un côté, cela permet à une personne formée mais peu expérimentée d’intégrer une équipe et de se perfectionner au contact de professionnel·le·s; de l'autre, la maison de production dispose d’une personne supplémentaire à moindre coût.
Camille Morend PA 2014 de Sébastien Leilo sur UNA MUJER FANTASTICA (CHI / GER), Oscar 2018 du meilleur film étranger.

A quel moment d’une carrière cela a-t-il du sens d’être l’assistant personnel d’un autre réalisateur?

Le meilleur moment pour être ‹l’ombre› d’un réalisateur est probablement après deux ou trois courts métrages. Il me semble que beaucoup de réalisateurs et réalisatrices de premiers films en Suisse ne savent pas comment fonctionne le plateau d’un film international. Ainsi, observer un réalisateur en pleine production est une opportunité plus que précieuse.
Mauro Mueller PA 2016 de Mark Raso sur KODAKCHROME (USA)

Y-a-t-il des recommandations à faire aux futur·e·s lauréat·e·s?

Détailler au maximum le cahier des charges du contrat avant le stage afin d’éviter toutes mauvaises surprises. Être à l’écoute des recommandations de l’équipe et désamorcer les conflits au plus vite en demandant une discussion si besoin. Ce n’est pas moi qui ai fait le film, c’est donc en me fondant dans d’autres méthodes de travail que j’ai pu profiter au mieux de l’expérience. Toujours être souriant et de bonne humeur, ça peut paraître bête, mais moi, ça m’a vraiment aidé.
Adrien Kuenzy PA 2015 de Serge Bozon sur MADAME HYDE (FRA)

 

Propos recueillis par Denis Rabaglia, coordinateur de Personal Assistant

*La bourse 2013, accordée à Boris Kish, n’a pas pu être finalisée car le film ne s’est jamais fait.