Poésie et animation: affinités électives?

Illustration: Séverine Leibundgut
Illustration: Séverine Leibundgut

Par Pascal Vimenet – Février 2003


En mars 2003, FOCAL a organisé un séminaire sur le langage poétique dans le cinéma d’animation. L’intervenant de cette rencontre a rédigé une contribution que nous mettons à disposition des personnes interessés par cette mystérieuse "grammaire" visuelle*.

Ce texte ne prétend pas au statut d’écrit théorique, mais plutôt à celui de notes éparses poussées par le vif espoir de nourrir un jour une étude sur le rapport qu’entretiennent la poésie et le cinéma d’animation.

Pascal Vimenet est auteur, scénariste, réalisateur, enseignant d’histoire et d’esthétique du cinéma.

(*) Beaucoup de courts métrages d’animation frappent par leur richesse d’expression poétique. Les figures de style, comme la métaphore ou l’ellipse par exemple, permettent la superposition de niveaux de langage. Elles sont autant de moyens pour toucher l’imaginaire et la sensibilité du spectateur, tout en lui laissant sa liberté d’interprétation face à l’œuvre (comme chez Miazaki ou Laguionie), mais aussi pour lui transmettre un message politique en se jouant de la censure (comme chez Trenka ou Norstein).