Un plaidoyer pour un dialogue empreint de curiosité

Nicole Schroeder, Foto: Ayse Yavas
Nicole Schroeder, Foto: Ayse Yavas

Après un engagement de plus douze ans pour FOCAL, j’ai décidé de quitter fin mars mes fonctions de codirectrice. Je saisis cette occasion pour aborder ici quelques sujets qui vont gagner en importance dans la création audiovisuelle ces prochaines années.

La Suisse et la diversité

La Suisse veille à ses particularités confédérales. Ainsi – et cela est unique dans le monde – la chaîne publique propose des contenus dans quatre langues nationales. Mais qu’ont ces quatre régions linguistiques en commun? Y a-t-il suffisamment de débats critiques et constructifs? Que devrait-il se passer pour que les films suisses soient plus présents dans chaque région linguistique? Une identité nationale du cinéma suisse pourrait-elle ainsi émerger, qui ferait le récit de sa pluralité et qui serait visible et lisible pour le marché international?

Oeuvres et identités : qui crée les films?

La narration audiovisuelle est devenue un vecteur culturel déterminant. Elle influence notre perception du monde. Si nos films doivent également parler de nous et de nos particularités, ils devraient alors évoquer des perspectives aussi diverses que possible. Cela permettrait de dépasser les barrières entre langues et cultures, entre générations et réalités vécues, entre tradition et modernité ainsi qu’entre les genres: les oeuvres de femmes cinéastes continuent à avoir besoin d’une visibilité accrue afin que change notre vision encore traditionnelle.

Le public : qui reçoit les films?

Qu’entend-on par public, qui en fait partie et qui en est exclu? Comment pouvons-nous élargir notre perception? Pour qu’une oeuvre filmée soit reçue par son public, le framing – qui doit correspondre à la quintessence du film – est déterminant, tout comme le choix du canal de diffusion. Pour que l’oeuvre et le public se rencontrent, il convient de découvrir l’état physique, la langue et le code verbal de chaque type de public. Comment? Selon Marty Baron, rédacteur en chef du Washington Post: ‹go and talk to people›.

Courage et innovation

Regardons les films des collègues des autres régions, cherchons le dialogue avec d’autres générations. Osons explorer des domaines inconnus, développer des sujets et des formats non conventionnels, engageons un discours interdisciplinaire au sein de notre branche! L’approfondissement d’un tel dialogue va nous occuper au cours de ces prochaines années. La volonté pour cela est là. Chez FOCAL aussi.

Le dialogue continue

Je vous remercie pour les discussions intéressantes au fil des années – notre dialogue va bien sûr se poursuivre. J’adresse mes remerciements aux collaborateurs et collaboratrices de FOCAL et je remercie en particulier Rachel Schmid: notre collaboration à la codirection de FOCAL a été d’une qualité sans égale. Je suis convaincue, qu’en tant que directrice, elle continuera à positionner FOCAL au sein de la branche de manière moderne, solide et transparente.

Nicole Schroeder, Codirectrice de FOCAL

FOCAL, mars 2020